L'impact de la qualité de l'air sur la santé

La pollution de l’air, aussi bien intérieur qu’extérieur, est responsable de nombreux problèmes de santé et provoque chaque année des décès prématurés. Les troubles engendrés sont principalement des types respiratoires et cardiovasculaires : accidents vasculaires cérébraux, cancers du poumon, asthme et autres troubles respiratoires chroniques sont autant d’exemples d’affections fréquemment dénombrées dues à la pollution de l’air.

Plus d’infos sur le site de l’OMS et l’Agence européenne de l’environnement.

  • Troubles du système nerveux central (Accidents vasculaires cérébraux, vertiges, maux de tête…)
  • Irritations des yeux, du nez et de la gorge (Allergies, rhinites, conjonctivites, sinusites…)
  • Troubles pulmonaires (Asthme, cancer des poumons…)
  • Troubles cardiovasculaires (Hypertension, infarctus…)
  • Troubles du système digestif (Reflux, nausées…)
  • Troubles hormonaux (Dérèglements de la thyroïde…)
  • Troubles du système reproducteur (Baisse de la fertilité, naissances prématurées…)
  • Troubles dermatologiques (Eczéma, démangeaisons…)

Air extérieur

Malgré des progrès importants dans la réduction des émissions au cours des dernières décennies, la pollution atmosphérique représente toujours le plus gros risque environnemental pour la santé en Europe. Le dernier rapport annuel de Bruxelles Environnement (2019) révèle une nette amélioration de la qualité de l’air ambiant au cours de ces dix dernières années en Région de Bruxelles-Capitale. Cette évolution témoigne de l’efficacité des mesures mises en place pour réduire les émissions ainsi que du progrès technologique. Toutefois, bien que les valeurs limites européennes soient toutes respectées en Région de Bruxelles-Capitale en 2019 , la pollution de l’air continue de causer des problèmes de santé. Selon le rapport de l’Agence européenne de l’Environnement, en 2018 en Belgique, 7400 morts prématurés étaient imputables aux particules fines (PM2.5), 1200 au dioxyde d’azote et 350 à l’ozone.

De même, selon le rapport de la Cellule interrégionale de l’Environnement (CELINE), en 2018, 83% de la population en Belgique, soit 9 324 000 Belges, ont été exposés à des concentrations moyennes annuelles de PM2.5 supérieures aux valeurs recommandées par l'OMS. En ce qui concerne le NO2, 34 % de la population, soit 3 980 000 Belges, ont été exposés à des concentrations moyennes annuelles de NO2 supérieures à 20 µg/m³ (future probable valeur guide de l’OMS qui révise actuellement ces valeurs guides). En Région bruxelloise, la quasi-totalité de la population est exposée à des niveaux de PM2.5 et NO2 supérieurs aux deux seuils mentionnés ci-dessus.

En savoir plus sur l'impact de qualité de l'air extérieur sur la santé :

[vues aériennes de Bruxelles couverte d’un nuage épais]
[TITRE : Êtes-vous préoccupés par la qualité de l’air ?]
[Deux femmes en tenue de sport pratiquent la boxe dans un parc, l’une d’elle témoigne en français.]
[« Quand l'air est pas bon, on est très vite essoufflées. Puis quand l'air est bon, c'est beaucoup mieux, quoi.»]
[Des personnes courent dans un parc, un homme fait de la musculation sur une machine du parc. Il témoigne.]
[« Quand vous faites du sport, vous respirez aussi cette mauvaise qualité d'air et cela a beaucoup d'impact sur notre santé et sur notre mental.]
[Une femme court et témoigne en néerlandais.]
[« Lorsqu'on court, on respire plus d'air pollué et c'est plus mauvais pour le corps. »]
[Vues de l’air de Bruxelles, un avion passe.]
[TITRE : L’avis des experts qualité de l’air]
[Prof. Benoit Nemery, toxicologue & spécialiste du poumon en néerlandais]
[« Quand la pollution de l'air augmente, il y a un risque de faire un infarctus du myocarde ou un AVC. Ce sont surtout les gens dont les poumons sont déjà faibles ou qui sont en mauvaise santé qui sont le plus sensibles à la pollution. »]
[Rue bruxelloise, un feu passe au rouge, le trafic automobile est intense.]
[TITRE : La qualité de l’air, une priorité pour Bruxelles environnement.]
[Au bord d’une grande avenue, Olivier Brasseur, expert Labo qualité de l’air Bruxelles environnement en français.]
[« Le réseau de surveillance de la qualité de l'air géré par Bruxelles Environnement comporte actuellement neuf stations réparties dans différents types d'environnements au sein de la région. Afin de couvrir de nouvelles zones encore problématiques pour la qualité de l'air, nous avons décidé d'installer trois nouvelles stations. Je me trouve d'ailleurs ici sur la petite ceinture à l'endroit où sera installée une nouvelle station qui mesurera le dioxyde d'azote.]
[Rue de la Loi avec des embouteillages]
[Logo Bruxelles environnement, plus d’infos sur qualitedelair.brussels ou sur l’app brusselsair]
[Baromètre de la qualité de l’air]
 

[Vues de Bruxelles, canal, aires de jeux pour les enfants qui font de la balançoire, jouent au foot et utilisent les jeux du parc.]
[TITRE : Êtes-vous préoccupé par la qualité de l’air pour vos enfants ?]
[Deux mamans témoignent en néerlandais]
[« Oui, je suis préoccupée parce que les enfants sont plus sensibles, plus fragiles. Je ne le laisse pas jouer dehors aux heures de pointe.]
[Un père joue au football avec son fils.]
[« Pour le futur, c'est important et pour les enfants aussi. C'est eux qui devront vivre avec tout ça.]
[Ciel de Bruxelles s’épaissit avec des nuages]
[TITRE : L’avis des experts qualité de l’air]
[Cabinet d’un médecin]
[Katherina Kastrissianakis, pédiatre en français]
[« Le corps des enfants en bas âge n'est pas encore tout à fait formé, y compris les poumons. Les enfants sont donc plus à risque. Étant donné leur plus petite taille, ils sont aussi plus proches du pot d'échappement, et de cette manière, ils sont plus exposés aux particules aussi.]
[La pédiatre se lave les mains]
[Une femme arrive à l’entrée du labo qualité de l’air de Bruxelles environnement, des scientifiques manipulent des instruments de mesure et suivent les résultats de mesure du dioxyde de carbone.]
[TITRE : La qualité de l’air, une priorité pour Bruxelles environnement.]
[Priscilla Declerck, Expert labo qualité de l’air Bruxelles environnement]
[« Chez Bruxelles Environnement, la santé de nos enfants prime. Et donc, l'an dernier, on a lancé un projet à cette fin, où on a suivi l'exposition et l'impact sur la santé de la pollution de l'air auprès de plus de 220 écoliers. En fonction des résultats obtenus, des mesures seront proposées.]
[Logo Bruxelles environnement, plus d’infos sur qualitedelair.brussels ou sur l’app brusselsair]
[Baromètre de la qualité de l’air]


 

[Vue d’un parc à Bruxelles ]
[TITRE : La qualité de l'air affecte-t-elle votre santé ?]
[Un jeune homme marche dans le parc et assis sur un banc témoigne en français.]
[« J'ai de l'asthme depuis que je suis petit, j'habitais à la campagne à ce moment-là. Je suis arrivé à Bruxelles il y a quelques mois. C'est vrai que dans les premiers mois, j'ai dû m'adapter et la pollution de l'air a vraiment fort impacté la manière dont je respire et mon asthme en général. »]
[Traffic à Bruxelles : un bus, des voitures, un vélo, un train passent.]
[Tim Narrot, médecin en néerlandais]
[Vue d’un parc avec des Bruxellois qui jouent, des personnes âgées patient sur un banc en regardant passer un tramway, un nhomme court dans un parc]
[«  La pollution de l'air se retrouve dans nos poumons quand on respire, mais les plus petites particules passent aussi dans le sang. Les maladies liées à la pollution de l'air ne sont pas juste pulmonaires, cardiaques ou vasculaires, mais affectent aussi nos capacités de réflexion. Et notre espérance de vie s'en trouve réduite. »]
[Scènes de vie dans un parc]
[Laboratoir qualité de l’air de Bruxelles environnement, une experte y manipule des prélèvement, des instruments de mesure et analyse des résultats.]
[Sandrine Bladt, expert labo Bruxelles environnement en français]
[« Les conseils que l'on va préconiser pour éviter l'exposition à la pollution atmosphérique. »]
[Traffic dense sur la rue de la loi et près du Cinquantenaire, les nuages épais sur la ville, fenêtre d’un appartement ouverte.]
[« C'est de ne pas circuler à proximité de zones à trafic dense. Pour l'air intérieur, on va plutôt se focaliser sur l'aération des pièces de vie principales en ouvrant grand les fenêtres. Un quart d'heure le matin, un quart d'heure le soir. »]
[Vue aérienne de Bruxelles.]
[Logo Bruxelles environnement 02 775 75 75 site web environnement.brussels]

Air intérieur

Nous passons plus de 80% de notre temps dans des espaces clos, où bon nombre de sources émettrices de polluants peuvent affecter notre santé. A titre d’exemples, les matériaux de construction et de décoration, les appareils de combustion, l’humidité, les moisissures, le mode de vie, mais également les activités humaines, les animaux domestiques, etc. Certains polluants ne sont présents qu’à l’intérieur des logements et leur concentration peut être jusqu’à 15 fois plus importante à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’air intérieur est bien plus pollué que l’air extérieur car les polluants provenant du bâtiment, du mobilier, de l’air extérieur mais aussi de nos activités, s’y confinent.

Les enjeux sanitaires et économiques liés à la qualité de l’air intérieur sont donc eux aussi importants. En France, on estime à 19 milliards d’euros par an le coût de la mauvaise qualité de l’air intérieur, qui serait responsable de près de 20 000 décès prématurés. Dans le monde, 3,8 millions de décès prématurés ont été attribués à la qualité de l’air intérieur en 2016. 

Vous souffrez de problèmes de santé pouvant être liés à une pollution de l’air intérieur ? Prenez contact avec la Cellule Régionale d'Intervention en Pollution Intérieure (CRIPI).

En savoir plus sur l'impact de qualité de l'air intérieur sur la santé :

Rapports et études :

Les groupes à risque plus exposés

Provoquant divers effets néfastes à court et à long terme sur la santé, la pollution de l’air constitue un enjeu de taille pour toute la société. Cependant nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne ; la pollution affecte chacun différemment en fonction du degré d’exposition aux polluants, de l’âge, de la sensibilité, de l’état de santé général… Dès lors différents groupes d’individus sont touchés plus fortement que d’autres, suite à une sensibilité plus forte aux effets d’une exposition à la pollution de l’air.  En effet, les personnes souffrant de problèmes respiratoires, de problèmes cardio-vasculaires, les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants sont considérés comme des personnes vulnérables.